Notre-Dame de Lourdes à Metz en couture

Cette chapelle a été construite sur le chemin de Ruyaucourt vers 1870 par l’Abbé Camille Guislain LEMAIRE, curé de la paroisse du 18 décembre 1868 au 10 octobre 1902 qui n’a reculé devant aucune peine, aucun sacrifice, pour réaliser ce sanctuaire.

La façade de briques est complétée à chaque extrémité par une maçonnerie en redents recouverte par un enduit de ciment. L’ensemble est relevé par une corniche et par 2 pinacles en pierre. Le fronton est surmonté d’une croix. Le cintre de la porte est réalisé en pierre calcaire du pays.

 
Elle n’a pas trop souffert de la 1ère guerre mondiale, une photographie prise par les Anglais le 08 mars 1918 (après les destructions par les Allemands en février/mars 1917) montrant une troupe anglaise se reposant près de la maison forestière en ruines, atteste de cela.

       
L’Abbé Camille Guislain LEMAIRE, est né à Barastre dans le Pas-de-Calais le 28 mars 1824. Il est prêtre le 27 mai 1850, vicaire de Courrières, 5ème curé de Berles-au-Bois le 10 juillet 1852. Il devient curé de Metz-en-Couture le 18 décembre 1868, y fête ses noces d’or le 19 juillet 1897, s’y retire et y décède le 07 janvier 1906 à 81 ans et 9 mois. Il est enterré sous cette chapelle.

Cliquez sur l'image pour zoomer
Chapelle de Metz-en-Couture

La chapelle Notre Dame de Foi à Neuville-Bourjonval


 « Nous sommes en 1823, Dame Ernestine WASSON, épouse de Robert LECLUSELLE, brasseur à Cambrai, en visite habituelle chez sa mère à Neuville-Bourjonval est sur la route du retour. On dit qu’elle collecte dans sa voiture à cheval, du beurre et des œufs pour le commerce à Cambrai. Elle a surtout sur elle une importante somme d’argent : la recette des livraisons de bière dans le secteur.

Aussi éprouve-t-elle une appréhension lorsqu’elle arrive au croisement de la route de Metz-en-Couture et du vieux chemin des Postes, reliant Paris à Lille et qu’empruntent les diligences. Un tronçon de la voie pénètre dans un inquiétant sous-bois. Que peut-on y rencontrer ? Des loups ? Il y en a encore : ils fuient l’homme et n’attaquent les équipages que poussés par la faim. Des bandits ? Longtemps la forêt d’Arrouaise fut un repaire de brigands où il n’était pas prudent de s’aventurer seul.

Une légende prétend qu’au moyen-âge, lorsqu’un groupe de voyageurs ou une diligence parvenait à Bapaume sans avoir été dépouillé, c’était un tel exploit que les citadins les acclamaient des 2 mains d’où les armoiries de la ville : « battre des palmes » 3 paumes de main sur un écusson.

Mais nous étions en 1823, et c’est pourtant 2 voleurs qui arrêtèrent la Dame WASSON, allant jusqu’à la menacer de mort pour la rançonner.
Les lieux étaient déserts, terrorisée, la pauvre femme supplie la Vierge Marie de la protéger, promettant de lui faire élever une chapelle si elle la tire de ce mauvais pas. Déjà ses agresseurs l’avaient fait descendre de voiture sans ménagement quand on perçut un galop de chevaux, 2 cavaliers surgirent (peut-être des gardes du domaine d’Havrincourt ?). A leur vue, les bandits qui risquaient le bagne, disparurent dans les taillis sans butin.

Dame Ernestine fut pleine de reconnaissance pour ses sauveurs et de remerciements pour la Vierge Marie. Elle tint sa promesse et bientôt s'éleva, sur les lieux une chapelle sous le vocable de Notre-Dame-de-Foi connue aussi sous le nom de chapelle WASSON. Elle sera détruite à la guerre de 1914-1918 mais reconstruite par le chanoine HARLEZ.
            

En 1935, le chanoine HARLEZ, propriétaire par succession familiale des 18,50 hectares de terre attenant et de la chapelle, la fit restaurer, c’est elle que nous voyons aujourd’hui.
            

Monsieur le sénateur DURIEUX héritant de son oncle chanoine, veilla à son entretien. Il y a quelques années, un legs a été consenti au conseil général du Pas-de-Calais et des arbres sont apparus autour de la chapelle.
Il faut souhaiter que les vœux des bâtisseurs et des légataires soient respectées afin que la chapelle résiste au temps, actuellement une famille dévouée la prend en charge.

L’ancienne statue de la Vierge fut retrouvée dans les décombres, la tête brisée, elle a été remplacée par une statue de Notre-Dame-de-Lourdes, don d’une personne de Hermies. Parfois, on voit sur le petit autel un cierge allumé, signe d’une présence attentionnée. »



Contacter l'Office de Tourisme

Plusieurs moyens pour contacter l'Office de Tourisme

Par téléphone

03.21.59.89.84

Horaires d'ouverture

du lundi au samedi de 9h30 à 12h30 et de 14h à 18h

Se rendre à l'Office de Tourisme

10, place Faidherbe
62450 BAPAUME

Ecrire à l'Office de Tourisme